Contrepèteries Musicales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contrepèteries Musicales

Message  Doudi le Dim 30 Sep - 22:44

L'art de la contrepèterie est, dit-on, un phénomène, une particularité en linguistique, presque exclusivement propre à la langue française. Ne fallait-il pas, de même que le contrepoint, honorer ici l'art du contrepet, d'autant plus qu'il est politiquement correct de tout faire pour astiquer la langue française afin de lui donner l'air d'un produit vendable pendant encore quelques décennies?

Mais attention, visiteur curieux ou non initié. Ici comme en musique classique, ici comme à la loge maçonnique, n'espérez pas vous faire offrir sur un plateau d'argent, comme partout de nos jours en notre société décadente, le résultat de ce qui devra être obtenu par le fruit de vos efforts. Il ne suffit pas de gratter en surface pour tout gagner. Le "tout, tout de suite, et sans effort", ici comme ailleurs, anéantirait tout espoir de passage au niveau supérieur nécessaire pour dévoiler et apprécier, sans les prononcer, les interdits en vigueur chez le troupeau du vulgaire.

(Elles sont sourdes) - Ces petites sottes sont difficiles à former.

(Glassharmonica) - Mozart appréciait la percussion du verre.

(Le preneur de son) - Cette chanteuse me brouille l'écoute.

(Variante de la précédente) - Cette grande salle me brouille l'écoute.

(Le trac?) - La cantatrice a peur que sa mue la perde...

(À l'opéra) - La figurante a laissé le chou-fleur.

(À l'opéra) - Pour la scène du sérail, inutile de cadrer les stars!

(À l'opéra) - Vois, ce petit rat comblé épate l'étoile!

(À l'opéra) - Ces petits rats sont en congé !

(À l'opéra) - En principe, le dais s'arrête au niveau des fosses, et les vents ne doivent pas atteindre les cintres.

(À l'opéra) - Le chef d'orchestre au chanteur : « Ténor, du feu ! »

(À l'opérette) - La maquilleuse grime la foule des figurantes.

(Au conservatoire) - Vous avez des faces ineptes!

Ah, la basse d'élite! - Joël Martin

Ah, Madame, votre si est troublant!

Ah, Maître! Pouvez-vous sans retard m'ôter mon gros chagrin, sans que je sois déboutée?

Borodine s'intéresse aux falbalas de Luce qui rêve.

Brutale, la mezzo quitta la basse.

C'est une limite, cette grosse basse!

C'est surtout dans les clips que les problèmes de son peuvent devenir gênants.

Callas n'était pas arrivée à Bizet sans peine.

Carmen a proposé sa dot au matamore.

Ce musicien roumain aime prendre les flûtes de Pan.

Ce petit chantre a un mi bien venu!

Ce professeur glaçait les élèves avec son chant.

Ce que j'aime dans le clip de Madonna, c'est le son.

Ce ré est bien vide! Mais ce fa est bien vide, aussi!

Ce technicien en a coupé des sons: trop de sons à côté!

Ce vieux baryton bisse: sa femme ne trouve plus ça bête!

Ces musiciennes ont toutes deux paires de luths.

Cette Carmen en a assez des do de Bizet.

Cette célèbre cantatrice donnerait volontiers le ton.

Cette fuguiste pratique des mutations félines.

Cette joueuse de trompette a l'air plutôt bonasse.

Cette muse jamais ne refoula ses hôtes.

Cette petite flûte aime les piques.

Vous aimez le son du cor?

Pour cette oeuvre j'aimerais bien avoir les cors de Houilles.

Ne mouillez pas les cors.

Ne mouillez pas les cordes du premier violon !
Fouillez les cors !

Ah ! Les cors des Pouilles !

Elle découvrit subitement tout le sel du saxo.

Elles me dégoûtent, ces cassettes grecques!

Études: le petit Debussy jouait parfois avec le grand affolé.

Études: Lully exigeait de bons contrats pour ses passe-pieds.

Études d'écriture: il faut toujours sortir du ton sans chromatisme.

Faites attention aux pannes de micro.

Foin du contrepet !

Il se moquait de l'adresse douteuse de la clarinettiste dans les fa.

Il y a plein de sites de Bach sur Internet.

Ils ne peuvent plus diéser comme des boeufs à cause de leurs mi avariés.

(Au concert de l'école) Il y a une panne de micro dans les pièces du fond.

J'aime la jolie couleur ronde de Mozart.

Je ne supporte plus les sons pénibles que les flûtes font en Ré. - Joël Martin

L'Arlésienne appréciait les hommes qui aiment Bizet assez.

Les choeurs m'élèvent.

(La demoiselle assise sur les genoux de Mozart) : « Ah! Beaux-arts, quel mythe ! »

La cantatrice en perdait le ton en voyant ses petits ténors.

La diva provoque l'éjection du ténor enroué: quelle rude éjection!

La femme du chef d'orchestre a fait mander le basson.

La flûtiste fait peur.

La jeune corniste était déroutée à la vue de ces petits pistons. - Joël Martin

La petite flûtiste joue sur la berge du ravin.

La pianiste a découvert Mozart dans les rondos.

La solmisation de ces notes leur valut un cadeau de Lassus.

La soprano vantait le si du ténor.

La soprano bravait devant ce "Roi de la baguette" : une fine appellation.

La violoniste branche son "la".

La violoniste aux ré singuliers a trouvé son la, un la déchirant avant de retrouver le si!

Le chef a préféré mettre des cordes à sa baguette.

Le chef d'orchestre supplie qu'on lui fasse un petit bécarre sur le do.

Le chef, enfoncé dans sa chaise, battait sans mesure. Il brailla, en tripotant sa baguette.

Le jeune flûtiste perd les trous de la flûte.

Le jeune Pelléas tiqua, sans maudire le plan de Golaud.

Le jeune vicaire ne souhaite pas séparer le glas du chant.

Le luthier montrait son la dans les vitrines.

Le maître de chapelle était ému par le son des quintes.

Le membre du jury est-il assez matheux?

Le ténor bisse toujours aux fêtes.

Le ténor se fit prêter la baguette et l'on vit sa basse dépitée.

Le violoniste fait un pas avant la sonnette.

Le violoniste a fait le bis avec son pupitre.

Les Beaux z'Arts sont un plaisir des Dieux.

Les guitaristes ont de solides barrés quand il dièsent.

Les instrumentistes trouvent que ces horribles sons couvrent trop, mais les flûtes les font en ré.

Les luths sont dans la pièce, mais le joueur de guitare devrait se méfier des sonos!

Les musiciennes marocaines astiquent les zarbs au plumeau.

Les petites choristes ont peur qu'un jour leurs potes muent.

Les pédagogues ont l'air d'aimer.

Les stars à la retraite n'ont plus de résidence.

Maître, je suis effarée de l'ardeur de votre do!

Maître, je vous montrerai mon Couperin pendant que vous dînerez!

Mettons-nous à l'abri pour jouer au cirque!

N'encollez pas les curistes !

Oh, le son pénible!

Pavaroti chante tellement qu'il n'en vit plus.

Pendant que le chef d'orchestre montre son mi sans percussion, la corniste, déroutée par ces petits pistons, se penche sur la clé d'octave qui peut beaucoup.

Pour voir si elles ont le sang chaud, les percussionnistes leur donnent deux cymbales, et la dame à la jolie caisse claire leur fait fête.

Quand j'admire ces magnifiques ténors, j'en perds le ton!

Quel beau métier, professeur!

Quel mi valeureux!

Qu'il est doux d'entendre clapoter des notes dans la pluie ! (Germain Savard, pour les Québécois. Elle est double et pratiquement non exportable)

Tu joues bien du cor, Daquin!

Têtant machinalement son sax, la débutante sentit qu'elle avait le fa bouché.

Voilà les pires vinyles! Ah, ces cassettes m'écoeurent!

Vous me le donnez bien mollement votre sol! Je suis vexée!



Anagrammes de phonèmes!

Ça peut faire penser à des contrepèteries, mais ça n'en est pas. C'est assez difficile à décoder, surtout lorsqu'on reste dans le réflexe mental de résoudre une contrepèterie. M'enfin, le sujet est quand même musical...

Roger Boutry, son grand pote.

Jésus, que ma joie demeure

George Sand l'apprend à Bizet.

La Symphonie fantastique

_________________
Derrière l'un de mes sourires se cache toujours une larme pour toi...
avatar
Doudi
Administrateur
Administrateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum